Voici ci dessous quelques questions posées fréquemment. Cependant, n’hésitez pas à nous contacter si la réponse ne s’y trouve pas.

Comment savoir quel poêle acheter ?

Chauffage d’une pièce – Si vous cherchez un poêle simplement pour chauffer une pièce, alors tous nos poêles conviennent. Souvenez-vous, un poêle à bois n’est conçu que pour chauffer un certain espace comme une pièce seulement. N’achetez pas de poêle à grand rendement et ne vous attendez pas à ce que, installé dans votre salon, il vous chauffe toute la maison. Il ne fonctionne pas ainsi. Si c’est d’un système de chauffage central dont vous avez besoin, regardez donc ci-dessous.

Chauffage d’une pièce et fourniture d’eau chaude pour les radiateurs – Pour utiliser un poêle afin de faire marcher votre chauffage central en plus de chauffer votre pièce et d’avoir l’eau chaude, il vous faudra un poêle avec une chaudière ayant beaucoup plus de rendement que pour simplement chauffer votre pièce. La taille de la chaudière dont vous aurez besoin dépendra du nombre de radiateurs nécessaires pour chauffer votre maison.
Reportez-vous à la page du poêle chaudière pour avoir plus de précisions sur les modèles disponibles fournissant de l’eau chaude domestique et/ou eau chaude pour un système de chauffage central.

Quelle taille de poêle me faut-il ?

Le rendement de chaleur d’un poêle se mesure en kilowatts. Le rendement dont vous avez besoin dépend de la taille de la pièce à être chauffée. Pour trouver le rendement qu’il vous faut, faites les simples calculs comme suit :

Afin de calculer la taille de poêle nécessaire, mesurez la largeur, longueur et hauteur de votre pièce puis calculez les trois mesures ensemble, par ex. largeur 4m x longueur 8m x hauteur 2.8m = 89.6 m3. Si votre pièce ou maison possède une bonne isolation, divisez le volume des pièces par 25. Si elle n’a qu’une isolation moyenne, divisez le volume par 15 et si l’isolation est faible ou inexistante, divisez le volume des pièces par 10. Dans notre exemple ci-dessus, la pièce possède une isolation moyenne, donc divisez le volume des pièces par 15 . Le nombre de kilowatt nécessaire est de 5.97kW.

Ceci n’est pas une classification exacte mais on peut l’utiliser en règle générale. La capacité d’un poêle à chauffer votre pièce dépendra de certains aspects comme le nombre de portes et de fenêtres, si elles sont en double vitrage ou pas, la qualité du matériel d’isolation y compris le type de revêtement de sol, et même la construction des murs ainsi que leur revêtement peuvent modifier les qualités thermales de l’habitation. Dans ces cas-là, il vous faut peut-être un poêle avec un rendement plus important. Et, souvenez-vous, la plupart des fabricants indiquent le rendement MAXIMUM de leurs poêles quand ils brûlent du bois sec de la meilleure qualité. Chauffer votre pièce ou habitation à une température agréable quand la température ambiante extérieure est de 0 degré est bien différente de la chauffer à bonne température quand celle-ci descend à l’extérieur à moins 10-15 degrés.

Quelle est la différence entre un poêle à bois et un poêle mixte ?

Un poêle à bois est généralement conçu pour ne brûler que du bois. Le bois brûle le mieux sur un lit de cendres avec l’air pour combustion circulant au-dessus du combustible plutôt qu’au-dessous, ce qui est le cas avec d’autres combustibles solides tels que charbon, anthracite, tourbe et briquettes. Ceux-ci brûlent le mieux sur une grille qui permet à l’air pour la combustion de circuler au-dessous du combustible. C’est pourquoi les poêles mixtes sont équipés d’une grille (généralement avec une fonction mobile qui permet de pousser et tirer la grille pour faire tomber la cendre dans le cendrier sous la grille). Quelques fabricants ne font que des poêles mixtes dans lesquels on peut brûler toute la gamme de combustibles solides comprenant le bois et d’autres ne font que des poêles à bois (sans grille) et fournissent une grille ‘à mettre’ en option si on décide de brûler d’autres combustibles par la suite. Généralement, les modèles à bois seul sont souvent moins chers que ceux qui sont à plusieurs combustibles pour cette raison.

Quel est le meilleur combustible à brûler ?

Combustibles solides/mixtes
Avantages : Assurez-vous d’utiliser du charbon sans fumée tel que l’anthracite. Cela produira plus de chaleur que du bois et brûlera beaucoup plus lentement, idéal pour les feux du soir ou pour laisser s’endormir le feu pendant la nuit. Vous avez le choix entre plusieurs combustibles en cas d’approvisionnement difficile – bois, charbon ou même tourbe. Le coût initial de l’appareil reviendra moins cher que le gaz ou le mazout, bien que, comme nous l’avons déjà mentionné, les poêles mixtes sont généralement plus chers que les poêles à bois.
Inconvénients :Le charbon peut être un combustible sale à manier et entreposer. L’idéal serait de retirer la cendre après chaque feu. Les prix peuvent beaucoup varier si vous achetez le combustible dans un garage parce qu’il n’existe pas de marchand dans la région. Plus difficile à allumer au début. Votre cheminée devra être ramonée régulièrement. Pas facile à trouver en France où le bois se trouve en abondance presque partout.

Bois

Avantages :Une source renouvelable de carburant qui devrait être bon marché si vous pouvez facilement vous approvisionner comme à la campagne en France. En brûlant, le bois offre les plus jolies flammes, l’odeur et le crépitement incomparables d’un vrai feu. Il n’est pas nécessaire de se débarrasser de la cendre aussi souvent qu’avec le charbon et il suffit d’allumer les nouveaux feux sur les cendres au fond du poêle. L’idéal serait de faire un stock de bois et de le laisser sécher avant utilisation.
Inconvénients : Pas trop en France mais en voici quelques-uns : Le bois est lourd et doit être coupé pour pouvoir entrer dans votre poêle et entassé. Cela prend beaucoup de place bien que la plupart des propriétés en France ont un endroit pour en entreposer une quantité assez considérable. Retirer la cendre peut être un travail salissant car il n’y a pas de cendrier à retirer dans un poêle à bois. Le bois met deux ans à sécher correctement à cause de l’humidité qu’il contient. Si on le brûle vert et mouillé, il ne produira pas autant de chaleur et goudronnera vite votre tuyau avec des dépôts, ce qui est la cause la plus fréquente des feux de cheminée.

En principe, des bois différents de même poids auront la même valeur calorifique. Une tonne de chêne aura la même valeur calorifique qu’une tonne de pin. Cependant, un ‘cubic foot’ de chêne (mesure anglaise = 0.0283m3) qui pèse environ 21kg aura une plus grande densité et donc une plus grande valeur calorifique qu’un ‘cubic foot’ de pin blanc (couramment utilisé pour faire des palettes) qui pèse environ 12kg.

Par conséquent, les meilleurs bois à brûler sont les bois de feuillus (hickory, charme et pommier ont les plus fortes valeurs calorifiques), ceux que l’on trouve le plus facilement étant le frêne, le chêne et le hêtre. Evitez les bois tendres comme le sapin car ils n’ont pas seulement une faible valeur calorifique mais, s’ils ne sont pas secs, contiennent aussi beaucoup de résine qui formera des dépôts de goudron dans le poêle et le tuyau en brûlant.

Est-ce que je peux utiliser ma cheminée existante et que faire si je n’ai pas de cheminée ?

Il est faux de présumer que toutes les cheminées existantes auront besoin d’un revêtement avec, par exemple, une paroi en acier inoxydable flexible doublant la cheminée. Dans de nombreux cas, et avec les propriétés anciennes (spécialement ici en France), il est généralement vrai qu’elles en auront besoin. D’abord, beaucoup de cheminées ont été conçues et construites pour répondre aux besoins de l’époque et elles ont pu être utilisées pendant des années, dans certains cas des centaines d’années depuis leur construction. Comme la plupart des cheminées ont été construites pour y faire de vrais feux , leurs grands conduits ne conviendraient pas si vous décidiez d’installer un poêle à bois moderne et efficace. Nous vous recommanderions de faire inspecter votre cheminée existante et de faire évaluer la possibilité de l’utiliser avant de prendre une décision coûteuse. Si vous n’avez pas du tout de cheminée, il est possible d’en construire une pour votre poêle en utilisant des revêtements en panneaux d’acier préfabriqués relativement bon marché ou même d’acheter un kit de cheminée comprenant des blocs d’argile et des revêtements.

Faut-il faire ramoner ma cheminée ?

Oui. Les normes françaises (notamment la norme française NF DTU 24.1 P1 Annexe B sectB.3) indiquent que ‘les conduits doivent être ramonés 2 fois par an, une fois pendant la période d’utilisation et plus si nécessaire. Cependant, les conduits desservant les appareils à gaz et mazout peuvent n’être ramonés qu’une fois par an.’ Nous conseillons que toutes les cheminées soient ramonées au moins une fois par an quelque soit le nombre d’utilisations. Si on laisse les dépôts s’accumuler, ils peuvent devenir très durs et leur retrait à une date ultérieure pourrait coûter assez cher. En outre, vous ne savez pas ce qui a pu se passer dans la cheminée depuis sa dernière utilisation (par exemple, le conduit a pu être endommagé dans les plus anciennes propriétés ou la maçonnerie a pu tomber et bloquer partiellement le conduit ou causer une fuite) Voir la page ‘Nos services’ pour plus d’informations sur l’entretien des cheminées.

J’installe un revêtement de cheminée. Est-ce que je devrais quand même la faire ramoner ?

Même si vous installez un revêtement, il faudrait faire ramoner la cheminée pour s’assurer du retrait du plus grand nombre de dépôts existants. Les revêtements flexibles n’ont qu’une durée de vie limitée, quelquefois seulement 10 ans (si utilisés correctement) et moins si ‘maltraités’. Un revêtement corrodé peut laisser les gaz des conduits s’échapper dans le vide entre le revêtement et les murs internes de la cheminée, spécialement si le vide n’est pas isolé. S’il y a une concentration de dépôts à l’intérieur d’un revêtement mal entretenu au cours des années, la chaleur pourrait provoquer un feu commençant dans les limites d’un conduit non ramoné. J’ai vu en effet un revêtement flexible rougeoyer et des températures peuvent atteindre plus de 1000 degrés centigrade dans de tels cas. En outre, ramoner une cheminée peut révéler des défauts cachés dans les murs des cheminées qui auraient pu autrement passer inaperçus. Il est essentiel de veiller à une sécurité et un usage rigoureux et si nous installons un revêtement, nous réservons toujours quelques minutes à nous assurer que la cheminée est ramonée et en bon état avant de commencer le travail.

Me faut-il un certificat en France pour prouver que ma cheminée a été ramonée ?

Oui. Ici encore, les normes françaises stipulent qu’on doit donner un Certificat de Ramonage à l’utilisateur en spécifiant quel conduit (ou conduits) a été ramoné et en le déclarant dégagé sur toute sa longueur’ En outre, toute anomalie remarquée au moment du ramonage devrait être indiquée sur le certificat. La société faisant le ramonage doit être qualifiée pour le faire et peut émettre une facture au lieu d’un véritable certificat (qui a le même effet) qui est valable comme étant la preuve que le ramonage a bien été entrepris comme demandé.

Est-ce que je peux installer mon propre poêle en France ?

Il n’est pas actuellement exigé en France de faire installer un poêle à bois par un professionnel qualifié contrairement au Royaume-Uni où les installations devraient être entreprises par des personnes compétentes membres d’une organisation comme HETAS (programme d’acceptation et d’essai de programmes de chauffage). Cependant, toutes les installations devraient respecter les normes françaises appropriées. Si vous décidez d’employer une société ou une personne pour installer votre poêle, assurez-vous toujours qu’ils sont agréés et, ce qu’il y a de plus important, qu’ils sont assurés pour le faire. Demandez leur numéro d’immatriculation (SIRET) et avec ceci, vous pouvez aboutir à de nombreux sites web qui vous diront si la société est agréée pour entreprendre le travail que vous demandez.

Si vous avez une question, n’hésitez pas à nous contacter .

Moneycorp Banner